Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 août 2010

Zappa à Berlin

 Cette nouvelle a été publiée en 2010 dans la revue Moebius n° 125

 

Zappa à Berlin

 

À Hydro Québec,

à Loto Québec,

à Quebecor,

aux gouvernements du Canada, du Québec et de Montréal,

à tous mes amis…

 

 

— Allo Montréal! Ça va Montréal?

Foule dense, un peu gluante, bière en plastique, shorts de colons, mollets poilus et blêmes, dos nus barrés par des bretelles de soutien et des coups de soleil. Ils attendent, patients. Sages. Deux heures…

Lumières, sono à fond, n'importe quelle soupe, de la musique d'ascenseur ou de centre commercial, la même qu'il y a vingt ans, trente…

— Allo Montréal!

Ça y est, ça bouge enfin, quelqu'un sur la scène… Frémissement, houle…

Non, fausse alerte. Un technicien. On arrête d'applaudir. Les techniciens, ça compte pas. On n'applaudit pas les pauvres…

Jeux de lumière, sono, la même soupe, musique d'ascenseur, de centre commercial, la même qu'il y a vingt ans, trente, mais à fond…

— Ça va Montréal?

Cette fois ça y est. Pour de vrai. La star est là. Tonnerre d'applaudissements, déchaînement, glottes fébriles, croupions… Mouvement brownien… Mais qu'est-ce que ça veut dire? Hé, attends, il a pas encore joué! Laissez-lui le temps!…

— Allo Montréal! Allo Montréal! Ça va Montréal?

Merde, ça commence mal. J'ai pas fait le pied de grue pendant deux heures pour m'entendre demander si ça va! Et quoi encore? Des nouvelles de ma mère, pendant que tu y es? Allez chose, fais ton show, t'es là pour ça. Chante, danse, pince des cordes!…

— Allo Montréal! Comment ça va?…

Pas fort, on dirait. Faudrait voir à les chauffer un peu, peut-être.

— Ça va Montréal? J'entends pas… Comment ça va?…

Là ça gronde, ça hurle. Ça bêle… Facile, y a qu'à demander…

— Ça va Montréal? Plus fort… Ça va Montréal? Faites du bruit…

Plus fort… ils font du bruit… Ils ont l'air ravi, en plus. Attends, je comprends pas, c'est pas lui qui doit faire le spectacle? C'est pas lui qu'est payé pour? Y a erreur! Hé, bozo, y a une demi-douzaine de clowns derrière toi sur la scène, des câbles, des amplis, des instruments. Tape dessus, souffle dedans…

— Merci Montréal!

Premier morceau, enfin. Pas trop tôt. On le reconnaît à peine tellement c'est mal joué. Normal, musiciens de studio… C'est pas grave, on est pas là pour la musique, on est là pour la fête…

— Salut Montréal!

Ça va, on a compris! Joue, merde, joue!

— Tous ensemble!

Ondule, trépigne… batterie, cuivres, claquements de doigts, le bras en l'air… Brothers and sisters… la sueur entre les épaules, les cuisses, les fesses, ouiiiiiiii!

— Tous ensemble, Montréal!

Effet miroir, les bras qui se lèvent, les croupions qui ondulent… La fête… Marche au pas, je veux voir qu'une tête, qu'une oreille… Les bras comme des drapeaux, les cerveaux en vacances, bruit de défilé…

— Plus fort, Montréal! Tous ensemble!

Tous les bras sont levés, obliques, parallèles. Forêt de bras, tempête, sturm und drang!… Cauchemar… Je me souviens de Zappa à Berlin, fin des années 60. Concert mémorable, foule dense, un peu gluante, tous ces bras levés, tendus. Zappa est nerveux, un peu surpris. Il pourrait leur faire faire n'importe quoi, leur faire dire m'importe quoi. Il le sent, ça l'énerve ce troupeau de cons beuglants… les bras tendus… à Berlin… c'est trop… Alors il se dit qu'il va essayer. Il leur fait lever le bras, oui il le fait, bien droit, bien tendu… Heil!... c'est parti, heil! heil!… les basses à fond, le sol vibre, tous les bras tendus, la foule hurlante rayée de bras obliques, parallèles, heil! le sol vibrant… Goebbels en peut plus, là-dessous, il s'est réveillé, il est en train de jouir dans son bunker, il bande comme pas possible, toujours vert le docteur!… Émulsions, bave… son rêve… Heil! Heil! Heil! et l'Adolf aussi plus raide que la fin de mois d'un BS… pas mort!… Les cris en feux d'artifice, giclées obliques de sperme en étoiles, bannières rouges, blanches, noires, pattes de cafard écrasées, toute la gamme, heil!…

Zappa avait quitté la scène, écœuré.

— Ça va Montréal?

Oui ça va! Oh oui, ça va. Tous ensemble! Plus fort!

HEIL! HEIL! HEIL!…

 

 

 

04:48 Publié dans Nouvelles | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.