Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 mars 2012

Fellation

Émoi hier sur les ondes de Radio-Canada – et dans la presse –, à propos d'un concours de (fausse) fellation organisé par un bar de Laval. Et, ça ne rate pas, on nous ressert ce vieil épouvantail cureton et post-cureton de l'avilissement, de la disgrâce, de la honte face à tout ce qui a trait aux pratiques sexuelles.

La fellation, pour la journaliste qui rapporte l'information, est dégradante pour la femme et sa représentation est scandaleuse. Son confrère, pour ne pas être en reste, réplique avec vigueur (sans doute pour ne pas passer pour un infect macho) que la fellation est tout aussi dégradante pour l'homme qui s'y soumet. Il ajoute même que jamais on ne verrait une vidéo montrant un homme pratiquer un cunnilingus…

Mais pincez-moi! Je rêve, je cauchemarde! J'hallucine! Les curés sont de retour! Déjà?

Passons sur l'hypocrisie et l'incompétence habituelles des journalistes qui ne savent ni de quoi ils parlent ni comment en parler, mais comment peut-on encore, au XXIe siècle, dans ce pays, parler de honte, d'avilissement ou de dégradation chaque fois qu'il est question du plaisir sexuel? En quoi la fellation, libre et consentie, est-elle de quelque manière que ce soit dégradante? Et pour qui? Ces journaleux bien pensants ont-ils déjà sucé, se sont-ils déjà fait sucer? Je ne leur souhaite pas de crever, ils sont déjà morts, déjà rendus dans le paradis aseptisé, insipide, inodore de toutes ces vieilles déités barbues qui ne les aiment que crucifiés, brûlés ou démembrés…

Frères humains qui en même temps que nous vivez, tuez vos curés et faites sauter les caleçons!

Vivez heureux, sucez-vous les uns les autres!

Commentaires

Rien ne sert de citer le XXIe siècle comme une sorte de référence en matière d'évolution de la civilisation, puisque – c'est une évidence depuis les années 2000 dirons-nous –, un rapide et incontestable retour de la censure flirte avec le politiquement correct et la mise sous séquestre de la pensée libre par les lobbies. Lucky Luke ne fumait déjà plus (ce qui n'empêche pas les Ricains de torailler davantage chaque année), mais là c'est Tintin au Congo qui sera bientôt interdit pour outrage à la gent négroïde. On ne peut plus dire que Monsieur Lévy est juif, ça sous-entend tellement de choses horribles. On a dû retoucher d'ancienes pin-ups lors de la réédition d'un calendrier des puritaines années '50 pour éviter de choquer la jeunesse qui se balade néanmoins le string à l'air. Les affiches du film "Infidèles" ont été interdites au nom du respect de la femme alors que le film joue sur le 2e degré pour parler justement de beaufitude macho. On ne peut plus mettre en publicité des bébés en couche-culottes, ça pourrait réveiller nos penchants pédophiles non avoués. On a interdit de vente des bonbons tchèques qui avait le mauvais goût de se nommer "Schwartz" alors que leur paquet faisait référence à des... ramoneurs (à ce tarif autant rebaptiser le mal-nommé Schwartzenegger, parce que là ça y va fort...). La liste n'est pas exhaustive, bien entendu, mais surtout, surtout, cher Monsieur, on ne SUCE plus!

Écrit par : mwr | 13 mars 2012

Je crois que vous mélangez tout, Laurent. Ce n'est pas l'acte en soi qui est dégradant mais le fait de le pratiquer en public pour gagner un concours ridicule. Jusqu'où sommes-nous prêt à nous abaisser pour 15 secondes de gloire? Pour un t-shirt laid, une bouteille de mousseux infect ou un bidule électronique inutile? Sommes-nous des animaux qui font le beau ou la belle pour un petit biscuit?

Ce qui est dégradant, c'est de se priver soi-même de sa dignité. Qui sait encore d'ailleurs ce que ce mot-là veut dire?

À part quelques dévots, ils doivent être rares ceux qui ne se sucent pas déjà "les uns les autres" pour reprendre vos mots... mais dans l'intimité.

Écrit par : tommy | 22 mars 2012

Je ne mélange rien du tout. En quoi est-ce que ça vous concerne que quelqu'un fasse en public (ou fasse semblant de faire en public), dans un bar de surcroît, ce que vous prétendez faire dans l'intimité? De quoi vous mêlez-vous? Ce n'est pas plus ridicule que de jouer au bingo ou de faire des commentaires de curé sur le blogue d'un tiers...

Écrit par : Chabin | 22 mars 2012

Les commentaires sont fermés.