Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 mars 2012

À quoi ça sert de savoir lire?

 

C'est une des questions que j'ai l'habitude de poser aux élèves quand j'anime des rencontres d'auteur dans des écoles secondaires, surtout lorsque je viens de leur affirmer que, si les adultes ne lisent pas, ce n'est pas parce qu'ils n'ont pas le temps, c'est parce qu'ils ne savent pas.

Les réponses sont toujours les mêmes. Après un moment d'hésitation, voire d'incrédulité, quelques-uns me sortent les mêmes clichés :

— Ça sert à faire passer le temps.

— Ça sert à avoir du vocabulaire.

— Ça sert à s'instruire.

Bien sûr, bien sûr… Puis, après les avoir fait se creuser la tête un peu plus (sans succès), je leur donne la bonne réponse :

— Savoir lire, ça sert à ne pas se faire fourrer.

Là, je sens que mes ados sont piqués. (Les profs aussi, d'ailleurs). Ils s'interrogent. Les têtes se relèvent, les regards s'ajustent, les pieds cessent de gigoter. Puis je leur demande si, eux, ils savent lire. Réponse affirmative, en général.

— OK. On va faire un test.

Je leur cite l'article 40 de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne :

«Toute personne a droit, dans la mesure et suivant les normes prévues par la loi, à l'instruction publique gratuite.»

Question : que signifie cette phrase?

La réponse est invariable. Tous répondent que ça veut dire que l'instruction est gratuite.

— Vous êtes sûrs?

Ils ont l'air…

Je leur fais alors remarquer que le gouvernement du Québec vit dans l'illégalité la plus flagrante puisque l'éducation n'est manifestement pas gratuite (on en parle beaucoup en ce moment). Que signifie donc vraiment l'article 40 de la Charte?

Perplexité…

Alors j'enfonce le clou.

— Vous ne savez pas lire. Vos parents ne savent pas lire. Vous êtes capables de déchiffrer une phrase, d'en prononcer des mots, mais vous ne comprenez pas ce que vous lisez. Et si vous n'apprenez pas à lire, vous vous ferez fourrer, comme vos parents se font fourrer, comme vos ancêtres se font fait fourrer pendant des siècles, comme vos enfants se feront fourrer après vous. Parce qu'on peut vous dire n'importe quoi, vous le croirez sans même vous donner la peine de réfléchir à ce que ça signifie réellement.

«L'élément important dans l'article 40, c'est la deuxième partie de la phrase, qui prive totalement de sens la troisième. L'article 40 signifie que l'instruction publique est gratuite… sauf quand la loi stipule qu'elle ne l'est pas. C'est-à-dire quand un gouvernement décide qu'il en sera ainsi. En fait, l'article 40 de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne ne veut RIEN dire.

«De même que ne veulent rien dire les discours dont on va vous abreuver, dont on abreuve vos parents, dont on a abreuvé vos ancêtres, et que pourtant tous ces gens on gobé sans sourciller parce qu'ils ne savaient pas lire.

Et c'est ainsi que les Québécois (et combien d'autres!) se font fourrer par des politiciens qui leur racontent n'importe quoi, qui leur font croire qu'ils les enrichissent alors qu'ils n'enrichissent qu'eux-mêmes, qu'ils enrichissent leur pays alors qu'ils le vendent à des prix dérisoires, qu'ils s'occupent de leur santé et de leur éducation alors qu'ils ne financent que des flics et des avions de chasse. Comparez les budgets. Il est vrai qu'il est plus facile de gouverner avec des flics qu'avec de l'éducation : les gens éduqués sont moins faciles à tromper…

 

Un enseignant, à la fin de ma présentation, m'a un jour fait remarquer : «Je pensais que vous alliez plutôt essayer vendre vos livres».

Sans doute, sans doute, lui ai-je répondu… Mais avant de vendre des livres, il faut voir à ce qu'il y ait des lecteurs…

 

 

Commentaires

Ils ne savent pas lire, mais ils savent regarder la télévision. Ce qui revient au même.

Écrit par : Johanne Morrisseau | 21 mars 2012

MERCI ! TOUT EST DIT, L'ÉMANCIPATION PASSE PAR LA LECTURE QUI FAIT SENS !

Écrit par : Laureen Moock | 22 mars 2012

Quel billet extraordinaire. J'ai souvent essayé d'expliquer la même chose, mais je n'arrivais pas à faire comprendre l'idée. Vous le réussissez de merveilleuse façon, à mon avis. Chapeau!

Écrit par : Olivier Lalonde | 22 mars 2012

Merci!

@ Johanne Morrisseau

Pas sûr non plus qu'ils savent regarder/écouter. Le même exercice serait intéressant avec un extrait vidéo, je crois que ça ne changerait pas grand-chose.

Écrit par : Simon | 22 mars 2012

@Simon, je suis d'accord. Je voulais surtout parler de tous ceux qui regardent des inepties à la télé, qui gèlent leur cerveau en regardant des contenus pré-mâchés. Et ils ne lisent pas, en plus. Pour moi, ça représente une consommation de calories vides pour le cerveau.

Écrit par : Johanne Morrisseau | 22 mars 2012

Je me permets de relancer sur le bouquin de Normand Baillargeon: "Petit cours d'autodéfense intellectuelle"; c'est exactement le sujet en plus fouillé. Un délice!
Quant au susnommé article 40, il me fait penser au règlement dont je bénéficiais dans une geôle fréquentée autrefois pendant quelques mois en punition de quelques délits réfractaires. Ledit règlement détaillait les droits des détenus sur 74 articles, et se terminait par un 75e, ainsi libellé (de mémoire): "Article 75: le directeur de l'établissement peut se substituer aux 74 articles précédents." Pas mal, non?

Écrit par : MWR | 29 mars 2012

je pige pas tout la....

Écrit par : gégé38 | 03 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.