Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 mai 2014

Mourir au printemps...

Autrefois, les printemps étaient parfois rouges. Aujourd'hui, ils seraient plutôt noirs.

Pour la troisième année consécutive, les Printemps meurtriers de Knowlton donnent le ton : le festival international de littérature policière remet ça, avec une brochette d'auteurs de divers pays dont la plume est aussi noire que leur conversation est joyeuse et colorée. Venez donc vérifier. Le programme est ici :

http://lesprintempsmeurtriers.com/francais/index_fr.html

 

Cela dit, qui dit littérature policière ne dit pas tout. Qui dit chien dit maître. Et qui se veut libre n'aime pas les chiens. Il n'y a de bon flic que mort... Je m'en suis donc donné à cœur joie dans mon dernier roman, Apportez-moi la tête de Lara Crevier, qui vient de paraître aux éditions Libre expression, dans la collection Expression noire :

http://www.editions-libreexpression.com/apportez-moi-tete...

 

Un roman de chasse... mais inversé. On y chasse pas les loups mais les chiens. Si vous cherchez du réconfort en lisant les aventures de nos joyeux protecteurs officiels, bœufs, poulets ou hirondelles, n'ouvrez pas ce livre, il n'est pas pour vous. Nous ne sommes pas ici entre gens de bien...

Vous êtes prévenus...

21 mai 2013

Les printemps meurtriers de Knowlton

La deuxième édition des Printemps meurtriers de Knowlton vient de se terminer, dans la même euphorie que l'an dernier.

Tables rondes, conférences, activités diverses, mais surtout des rencontres. Avec des lecteurs, avec des écrivains, avec des éditeurs. Ce que les Printemps meurtriers de Knowlton ont de particulier, c'est que les auteurs de polar s'y retrouvent dans une ambiance moins festivalière que, tout simplement, festive. Nous n'y sommes pas en représentation mais en vacances. Les idées fusent, le vin coule, les amitiés se nouent. Les meurtriers se reposent…

À une heure de route de Montréal, dans un cadre champêtre qui semble sorti d'un roman tout sauf noir, les tricoteurs d'intrigues sombres et rouges de divers pays se sont laissé aller, ils ont laissé tomber la veste et les masques. Et ils n'attendent plus qu'une chose : le festival de l'année prochaine.

Les auteurs ne sont cependant pas les seuls à participer à l'événement. Si le polar vous intéresse, ne restez pas en dehors, n'hésitez pas à rejoindre, à titre de complice, le club de la rue Morgue. Tous les détails ici :

 

http://lesprintempsmeurtriers.com/francais/clubmorgue.html